Riders T2 : Chevauchée ardente, Lorelei James

AUTEUR : Lorelei James
TITRE ORIGINAL :  Rough Riders Book 2 : Rode Hard
ÉDITEUR : Milady Romantica (VO : Samhain Publishing)
DATE DE PARUTION : 2015 (VO : 2007)
TRADUCTION : Ana Urbic
PAGES : 506
FORMAT : Ebook (9.99€) Broché (16.90€)

Depuis la mort de son mari, Gemma s’occupe seule de son ranch dont viennent les plus belles bêtes de rodéo. Mais les affaires ne sont pas bonnes, et elle embauche un ancien champion de rodéo pour lui prêter main-forte. Cash accepte de lui venir en aide à une condition : le jour, c’est elle qui tient les rênes, la nuit, c’est lui. Attirée par ce jeune homme plein de fougue aux désirs indomptables, la propriétaire du ranch consent à lui accorder ce privilège... Le cowboy farouche voit en elle la femme de sa vie, mais acceptera-t-elle de ne pas être la seule ?

J'ai lu ce roman dans le cadre du Challenge mystère de Froggy pour valider le thème du mois d'avril : lire un livre avec des cowboys et/ou des indiens.
Cette année, pour ce challenge, je dois lire deux livres pour valider un thème. En cherchant des romans ayant pour principal trame des cowboys ou des indiens, je suis tombé sur cette saga. J'ai donc lu le premier tome et j'ai enchaîné avec le second pour valider mon mois.

Mon avis sur le premier tome :
Dans ce second tome, nous suivons deux personnages que l'on connaît déjà du premier tome : Gemma, une femme d'âge-mûr et Cash un homme d'une trentaine d'années. Après des années à lui faire des avances, Cash obtient enfin ce qu'il désire. Il l'aide à tenir son ranch, à condition qu'elle partage son lit avec lui. En parallèle, nous suivrons aussi l'histoire entre Carter, le frère cadet de Colby, le héros du premier tome et Macie, la fille de Cash. Un quatuor qui nous réserve quelques surprises...

« L'âge n'est qu'un chiffre et la maturité est un choix. Il n'y a pas d'âge pour être mûr. »

Comme dans le premier tome, il y a beaucoup de scènes de sexes, et en même temps c'est normal vu le genre, mais ce qui me dérange le plus, c'est vraiment la précipitation et le comment ils en viennent à coucher ensemble. Ici, Cash accepte de travailler pour Gemma à condition qu'elle partage son lit. Elle est la patronne le jour, il devient le patron la nuit. On en revient à la même tactique que pour le premier tome. C'est superficiel, et mal mené. Le personnage de Cash passe pour un autoritaire égoïste et Gemma une femme soumise. Alors que non, dans l'idée, ils sont attirés l'un par l'autre, mais Gemma ne se l'avoue pas et Cash attend une ouverture depuis des années. L'auteur gère très mal ses débuts d'histoires et ça renvoie une image déformée.

Concernant Macie et Carter, c'est un peu différent. Il n'y a pas de conditions sine qua none, c'est plus un coup de foudre, du côté de Carter en tout cas. Macie elle, au début, l'attirance est plus physique que sentimentale. Mais le résultat est le même. Carter passe lui aussi pour un homme autoritaire qui ne pense qu'à lui. Macie ne se laisse pas faire, mais elle fini toujours par succombé et devient une sorte d'objet sexuel. Ça me dérange beaucoup.

« Reconnaître ses erreur est une marque de courage, tout comme pardonner est une preuve d'intelligence. »

Je ne sais pas ce que veux l'auteure avec cette saga. Elle l'a écrite juste pour se lâcher dans les scènes osées ou elle a voulu écrire une histoire derrière. Parce que pour le moment, les personnages se ressemblent tous, ils agissent tous de la même manière. Les hommes sont autoritaires, dominateurs, impatients, inépuisables sexuellement, parfois brutaux. Ils peuvent aussi se montrer attentionnés et à l'écoute mais ce n'est pas ce qui ressort le plus dans leurs actes. Quant aux femmes, elles ont plus ambiguë. Elles ont toutes beaucoup de caractères, et en même temps, je les trouve souvent en position de soumission. Et apparemment, leurs partenaires savent mieux qu'elles ce qu'elles veulent en matière de sexe. Et c'est ça qui me dérange beaucoup. Qu'elles soient libérées de toutes inhibitions, tant mieux, mais l'auteure s'y prend très mal pour en arriver là. Les personnages féminins ont très mauvaises images dans cette saga. Et je n’ai pas l'impression que ce soit ce que recherchait l'auteure.

Dans l'ensemble, ce tome est similaire au premier, à la différence que l'on suit deux histoires parallèles et non plus une seule. Mais les personnages sont identiques, les actions aussi et le résultat est le même. Pas d'originalité, on reste sur une histoire superficielle, sans profondeur, sans émotions. La personnalité artistique de Carter sort un peu du lot, mais elle ne montre que ses mauvais côtés. L'histoire entre Macie et Cash aurait pu apporter un aspect touchant au livre, mais non, tout est survolé. Les rares moments qu'ils passent ensemble sont écourtés et les autres sont passés sous silence. Du coup, ce tome n'est finalement qu'une histoire de cul et c'est dommage. Parce que les idées sont là, mais elles sont mal exploitées, voire pas du tout.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rendez-vous sur Hellocoton !

up